Brexit

Ici nous parlons de motos anglaises classiques.
Nous ne sommes ni un club ni une association. Ce site est le travail d'amis passionnés qui partagent leurs connaissances dans la convivialité et la tolérance. Ce site est ouvert à tous mais pour des raisons de transparence vous devez vous inscrire !!
Le site est gratuit et il grandit si chacun participe, vous pouvez tous participer soit par une page album sur votre moto, soit par un sujet technique lors d’une réparation, soit en scannant un catalogue …… Vous avez, ici, la possibilité de ne pas être un simple consommateur mais un acteur, merci de donner un peu de votre temps …

Modérateurs : gigi, Pachi, PHILIPPE, Tricati, Bertrand, rickman, Yeti

Avatar de l’utilisateur
elmo
Messages : 6864
Inscription : 02 mars 2008, 00:42
Localisation : Colomiers/Toulouse

Re: Brexit

Message non lu par elmo »

C'est bien ça.
Si les Anglais sortent de l'UE
Si j'ai bien compris, nos pièces d'anglaises achetées en GB seront vendues sans la VAT mais il faudra payer les droits de douane française.
C'est ça?

guyader
Messages : 2636
Inscription : 04 févr. 2007, 11:10
Localisation : F 73

Re: Brexit

Message non lu par guyader »

Et la TVA en plus... Comme l' explique Francis.

A+,

Loïc.

Avatar de l’utilisateur
Alan
Messages : 894
Inscription : 03 sept. 2012, 21:11
Localisation : Essonne

Re: Brexit

Message non lu par Alan »

Pour la TVA, au final rien ne changera pour nous
Les fournisseurs anglais vont nous facturer hors TVA, comme ils le font déjà actuellement pour les pays hors UE
Et arrivés en France, les pièces seront taxées à la TVA française
Comme les taux anglais et français sont les mêmes, soit 20%, c'est du kifkif au centime d'euro près

Par contre, les droits de douane on les aura en plus
En sens inverse la baisse de la livre pourrait compenser, mais de combien on n'en sait rien aujourd'hui. Les prévisions en matière d'économie, on sait ce que ça vaut

Avatar de l’utilisateur
joe
Messages : 1796
Inscription : 23 févr. 2018, 21:34
Localisation : plein ouest

Re: Brexit

Message non lu par joe »

Alan a écrit :
13 mars 2019, 23:01
Pour la TVA, au final rien ne changera pour nous
Les fournisseurs anglais vont nous facturer hors TVA, comme ils le font déjà actuellement pour les pays hors UE
Et arrivés en France, les pièces seront taxées à la TVA française
Comme les taux anglais et français sont les mêmes, soit 20%, c'est du kifkif au centime d'euro près

Par contre, les droits de douane on les aura en plus
En sens inverse la baisse de la livre pourrait compenser, mais de combien on n'en sait rien aujourd'hui. Les prévisions en matière d'économie, on sait ce que ça vaut
pendant de nombreuses années j'achetais certaines pièces pour HD fontes aux US. Un gain, même avec port de 30 % par rapport à l’Europe. puis des taxes douanières ont été appliquées.....à 33 % . dissuasif.... aujourd'hui , sauf si introuvables en Europe, surtout en ocas , plus personne n'achète ses pièces aux US .

Avatar de l’utilisateur
Michel H
Messages : 891
Inscription : 25 févr. 2007, 15:24
Localisation : Bruxelles

Re: Brexit

Message non lu par Michel H »

[/quote]
pendant de nombreuses années j'achetais certaines pièces pour HD fontes aux US. Un gain, même avec port de 30 % par rapport à l’Europe. puis des taxes douanières ont été appliquées.....à 33 % . dissuasif.... aujourd'hui , sauf si introuvables en Europe, surtout en ocas , plus personne n'achète ses pièces aux US .
[/quote]

Si moi, un repose-pied Vincent introuvable en Europe. Et effectivement frais de douane et TVA sur l'ensemble (sans parler du délais).
Le plus surprenant est qu'une pièce aussi exposée aux accidents même bénins ne bénéficie d'aucune reproduction ni en U.K. ni en Europe.

BREXIT reporté sine die, ça tombe bien car je suis en commande de carburateur chez AMAL.

Avatar de l’utilisateur
Alain B.
Messages : 3114
Inscription : 30 janv. 2007, 21:30
Localisation : Près d'Angers

Re: Brexit

Message non lu par Alain B. »

Michel H a écrit :
15 mars 2019, 10:16
BREXIT reporté sine die, ça tombe bien car je suis en commande de carburateur chez AMAL.
Theresa a bien pris conscience que tu avais une commande en cours: c'est ce qui l'a décidé à reporter le Brexit... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
dayto
Messages : 385
Inscription : 28 janv. 2007, 18:24
Localisation : 38 st marcelin

Re: Brexit

Message non lu par dayto »

lu dans "le canard"
Thérèse en mai est acculée ...

Avatar de l’utilisateur
Bertrand
Modérateur
Messages : 9277
Inscription : 19 janv. 2007, 20:15
Localisation : Arcueil 94

Re: Brexit

Message non lu par Bertrand »

Quoi?
Y'a quelqu'un qui veut acculer Thérèse? :shock:

Avatar de l’utilisateur
elmo
Messages : 6864
Inscription : 02 mars 2008, 00:42
Localisation : Colomiers/Toulouse

Re: Brexit

Message non lu par elmo »

- Thérèse : "Ah mais.... :evil: "
- L'autre : "Y a pas d'mais"
:arrow: :arrow: :arrow:

Avatar de l’utilisateur
Yeti
Modérateur
Messages : 6691
Inscription : 27 janv. 2007, 20:07
Localisation : Bourgoin Jallieu (38)

Re: Brexit

Message non lu par Yeti »

D'ou le dicton : "En Theresa May, fait ce qu'il te plait"...



Ok, je suis déjà loin.... :oops:

Avatar de l’utilisateur
Raymond Calbuth
Messages : 638
Inscription : 20 déc. 2009, 12:30
Localisation : Melantois

Re: Brexit

Message non lu par Raymond Calbuth »

"Jusqu'au 29 mars 2019, pour entrer au Royaume-Uni, le voyageur doit être muni d'un passeport ou d'une carte nationale d'identité en cours de validité. Aucun visa n'est nécessaire. ... A partir du 1er janvier 2021, il est possible néanmoins que les voyageurs doivent être munis d'un passeport."

Même pour un "day return" on risque de devoir se munir d'un passeport !!

Avatar de l’utilisateur
joe
Messages : 1796
Inscription : 23 févr. 2018, 21:34
Localisation : plein ouest

Re: Brexit

Message non lu par joe »

Raymond Calbuth a écrit :
21 mars 2019, 19:11
"Jusqu'au 29 mars 2019, pour entrer au Royaume-Uni, le voyageur doit être muni d'un passeport ou d'une carte nationale d'identité en cours de validité. Aucun visa n'est nécessaire. ... A partir du 1er janvier 2021, il est possible néanmoins que les voyageurs doivent être munis d'un passeport."

Même pour un "day return" on risque de devoir se munir d'un passeport !!
Infos sur les cartes d’identité dont la validité "est de 10 ans"...soyez prévoyants , faites votre demande dans les temps et renseignez vous . La France , j'imagine par économie financière , les valide sur une durée de 5 ans supplémentaires et ne les renouvellent pas . sauf que certaines compagnies Européennes ne prennent pas ce supplément en considération et ces voyageurs se sont vu refuser l'entrée dans l'avion ....ou bateau . qu'en sera t'il pour l’Angleterre? l'administration française accepte donc leur renouvellement à l'issue des 10 années uniquement sous condition avec un billet dont ces destinations sont validées par l'administration.....ce qui impose d’acheter ses billets avant la demande de renouvellement qui se fait sur rendez vous avec plusieurs semaines d'attente et si pas un dossier complet , rebelote les semaines d'attentes ......

raspoutine
Messages : 297
Inscription : 14 févr. 2007, 19:11
Localisation : evreux 27

Re: Brexit

Message non lu par raspoutine »

on a le cas en ce moment pour la Finlande. Donc on a insisté et ils renouvellent la CNI..

Avatar de l’utilisateur
Raymond Calbuth
Messages : 638
Inscription : 20 déc. 2009, 12:30
Localisation : Melantois

Re: Brexit

Message non lu par Raymond Calbuth »


Avatar de l’utilisateur
elmo
Messages : 6864
Inscription : 02 mars 2008, 00:42
Localisation : Colomiers/Toulouse

Re: Brexit

Message non lu par elmo »

Article du Monde:


Brexit : ce qui va changer pour un citoyen européen s’il n’y a pas d’accord

S’il n’y a pas d’accord le 13 avril, plus aucune loi de l’UE ne s’appliquera au Royaume-Uni, ce qui aura des conséquences pour presque 5 millions de personnes.

C’est à ce type de publications qu’on mesure à quel point le « no deal » est désormais tangible. « De plus en plus probable », a même estimé la Commission européenne, lundi 25 mars, à dix-neuf jours du nouveau D-Day : le 12 avril prochain. L’institution européenne a tenu, dans ce contexte anxiogène, et alors que l’impasse politique se prolonge à Londres, à insister sur l’état de préparation des Vingt-Sept. A l’en croire, il serait excellent : « Les pays membres sont prêts », assure un officiel européen.

Le 13 avril au matin, si les députés britanniques n’ont toujours pas validé l’accord de retrait déjà rejeté à deux reprises par Westminster, ou si le gouvernement n’a pas sollicité de nouveau report du divorce, plus aucune loi de l’Union européenne (UE) ne s’appliquera au Royaume-Uni, qui deviendra brutalement un « pays tiers ». Il n’aura en outre droit à aucune période de transition, censée encadrer un quasi-maintien du Royaume-Uni dans l’UE, puisque cette phase est conditionnée à l’adoption du traité du divorce.

La Commission a déjà proposé 19 législations afin d’éviter des blocages chaotiques (dans l’aérien, le transport routier, la pêche, etc.). Dix-sept d’entre elles ont d’ores et déjà été définitivement adoptées par le Parlement de Strasbourg et le Conseil (les Etats membres). Ces textes, complexes, assurent une forme de continuité (accès aux zones de pêche maintenues, licences de transport toujours valides pour certains trajets, etc.), mais ne répondent pas aux questions du quotidien, pour les presque 5 millions de citoyens, britanniques et européens, à court terme directement affectés par le Brexit, surtout s’il est « dur ».

C’est la raison pour laquelle, une fois n’est pas coutume, la commission a fait œuvre de pédagogie, lundi, en publiant, dans toutes les langues de l’Union, une série de notes, très pratiques, à l’intention de tous ceux que la perspective d’un no deal commence à paniquer. Ainsi qu’un numéro vert, le 00 800 6789 10 11, pour des questions plus spécifiques de la part des particuliers.


  • Citoyens européens vivant au Royaume-Uni

    Ceux qui ont l’intention de prolonger leur séjour au-delà du 31 décembre 2020 doivent faire une demande de « settled status », statut de résident permanent, auprès de l’administration britannique. Pour ceux qui arriveront après le Brexit, ils devront demander une autorisation d’entrée ou de séjour au Royaume-Uni.

    Par ailleurs, à partir de la date du divorce, les droits liés au travail et à la sécurité sociale des ressortissants européens au Royaume-Uni seront régis par la législation britannique. Il ne sera plus possible d’importer les droits de son pays membre, contrairement à ce que prévoient en partie les règles européennes d’harmonisation des sécurités sociales.
  • Ressortissants britanniques vivant dans un Etat membre de l’UE

    Ils devront réclamer des titres de séjour. S’ils séjournent depuis plus de cinq ans de manière ininterrompue dans un Etat membre, ils pourront demander le statut de résident de longue durée. Cela vaut pour les conjoints britanniques de ressortissants européens vivant dans leur Etat membre d’origine.

  • Contrôles aux frontières

    Pour les ressortissants britanniques voyageant dans l’UE, ils devront se munir d’un passeport et pourront faire l’objet de contrôles approfondis à la douane : durée et but du séjour, moyens de subsistance sur place. Les bagages et marchandises feront aussi l’objet de contrôles poussés : des restrictions s’appliqueront aux produits d’origine animale (viande, lait, etc), aux produits végétaux, aux sommes en liquide (pas plus de 10 000 euros). Le Royaume-Uni a pour le moment fait savoir que les ressortissants de l’UE pourront se rendre dans le pays sans visa pour des séjours jusqu’à trois mois. La carte d’identité nationale n’y sera valable que jusqu’au 31 décembre 2021.
  • Animaux de compagnie

    Les voyageurs accompagnés d’animaux de compagnie venant du Royaume-Uni devront faire la preuve qu’ils ont fait l’objet d’une vaccination antirabique et qu’ils disposent d’une identification par puce électronique. Le Royaume-Uni n’a pas encore précisé ses conditions, mais, à tout le moins, il est probable que les Européens devront disposer du certificat sanitaire de leur animal, pour toucher le sol britannique en sa compagnie.
  • Itinérance téléphonique

    Attention, la suppression des frais d’itinérance télécom dans l’UE ne vaudra plus pour le Royaume-Uni. Ainsi, les opérateurs pourront facturer des frais supplémentaires aux Britanniques utilisant des services d’itinérance (appels vocaux, SMS, données) dans l’UE (appelant d’un pays de l’UE vers le Royaume-Uni) ou aux citoyens de l’UE utilisant ce type de services au Royaume-Uni.
  • Permis de conduire

    Le Royaume-Uni a d’ores et déjà prévenu que les ressortissants européens pourront continuer de conduire au Royaume-Uni avec un permis européen. En revanche, la reconnaissance des permis délivrés dans des pays tiers étant définie au niveau national, les Britanniques, considérés comme des ressortissants d’un pays tiers, devront vérifier auprès de chacun des pays de l’UE où ils comptent conduire.
  • Droits des passagers

    La carte européenne d’assurance maladie ne sera plus valable pour les Européens, au Royaume-Uni, pour y avoir accès à des soins de santé remboursés. Idem pour les Britanniques ayant besoin de soins dans l’UE. Si les frais médicaux d’urgence ne sont pas couverts dans les pays tiers par leur caisse d’assurance, ils devront envisager une assurance voyage privée.

    Pour ce qui est des titres de transport (vol au départ ou à destination du Royaume-Uni), ils seront toujours valides au-delà de la date du « no deal », mais la Commission conseille aux voyageurs de vérifier les conditions d’annulation de leurs billets. Ils ne bénéficieront des lois très protectrices de l’UE en matière de remboursement qu’à condition que leur vol parte d’un pays de l’UE vers le Royaume-Uni.

  • Droits des consommateurs

    Les Européens procédant à un achat en ligne sur le site d’un e-commerçant britannique devront s’acquitter de droits d’importation et de la TVA. En cas de litige, le citoyen européen pourra poursuivre un commerçant britannique devant une législation européenne dès lors que ce commerçant a vendu le bien dans son Etat de résidence.




Répondre